New Russian Chronicles
Surviving monotaxocausofilia

La trêve de noël, 1914

Je trouve qu’il y a un seul, vraiment un seul événement historique qui devrait être fixé, dur comme fer, dans les programmes d’études de toutes les écoles du monde. Sujet qu’il faudrait développer, bien entendu, avec son contexte et tout.
Car je trouve peu surprenant le fait que cet événement ait eu lieu, d’entre toutes les guerres, dans une des plus inutiles et coûteuses.

Et voilà. Le jour de noël de 1914, un jour tel que aujourd’hui, dans pas mal de sections du front (quoi que appeler du front à un bourbier perdu en Flandres sonne bizarre), les soldats allemands et alliés ont commencé la fête par ne pas se tirer.
Mais on pourrait dire qu’ils dormaient, qu’ils étaient fatigués.

On ne sait pas qui a donné le premier pas. Certains disent que c’étaient les anglais à chanter d’abord, et qu’ils se sont surpris à entendre des applaudissements des allemands. Certains, que les allemands on chanté en premier.
Mais une chose est claire: Pas mal des soldats allemands avaient, avant la guerre, travaillé dans les usines anglaises, et ça les permis un message, dans une toile et avec de la boue, que, dans les circonstances, je trouve vraiment émouvant.

You no shoot, we no shoot!

Ça aurait pu rester la, mais la plus grande surprise pour tous, et peut être surtout pour ceux qui l’ont fait: quelques allemands on sorti de la tranche, sans savoir s’ils seraient reçus avec des fusillades. Mais ça n’a pas arrivé, et, dans quelques minutes, pas mal de soldats écossais et bavarois ont sorti, parlé, se serré les mains, échangé de la nourriture et les cigarettes… même joué un match de foot.

Bien entendu, la guerre a repris le contrôle bientôt. Mais je trouve que ces 10 minutes sont très significatifs. Je trouve que c’est une preuve, encore une, que la guerre ne la font ceux qui décident de la faire, que si la guerre été laissée aux soldats et pas aux politiciens et les généraux, il n’y aurait pas de guerre. Du fait que la guerre, comme disait Paul Valéry, est une massacre entre gens qui ne se connaissent pas, au profit des gens qui se connaissent, mais qui ne se massacrent pas.

Et que on nous dise que on est naïve, ou que les taliban vont venir nous emporter pendant la nuit. C’est nous qui faisons la guerre ailleurs, et nous le faisons car nos dirigeants suivent la logique de la guerre.

C’est tout, je pense, ce qu’il faut dire sur la civilisation de nos jours: We have met the enemy, and they are us.

Something that has only happened once. Ever.There has never been a good war, and neither has there been a good peace.

Considering how my own country and all its allies are becoming more and more authoritarian in defense of the current (and utterly broken) economic system, and how they will, as they always do, pick a war with someone to distract attention… I think this is my wish for this christmas.

Happy new year, and see you all soon, telling the drill instructor that you refuse to pick up a gun.

Anuncios

Ninguna respuesta to “La trêve de noël, 1914”

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: