New Russian Chronicles
Surviving monotaxocausofilia

Le premier janvier et les choses bizarres

Je déteste le premier janvier. Sérieux.

Alors, je ne sais pas comment ça se passe chez vous mais je dois expliquer.
Alors, grand dîner de famille, et après on sort. Même si vous avez commencé (comme moi) 2012 sans une seule goutte d’alcool, et alors sans gueule de bois, on se couche tard et on se leve tard. Ça, déjà, me casse les bombons. J’ai perdu la moité de ma journée à dormir. Et merde.

Après, grand repas de famille.
Et après?

Après, le grand néant. Mes potes sont tous KO, mes lieux habituels sont tous fermés, ma famille est KO, et il n’y a rien à faire. Alors ok, bon, même si je me sens sociable je ferais mes activités solitaires.
Le problème est quand on commence à s’ennuyer et on tombe dans des lieux sombres, où, en tout évidence, aucun être rationnel n’a pas rentré depuis un bon moment.

Je vous présente…

Alors pour info:

Panzer General est un jeu de 1997, un classic des jeux de stratégie et le jeu qui m’a introduit dans le genre.
C’est un jeu pour ceux qui aiment les simulations mais qui restent humains.

Pourquoi humains? parce qu’il existe une race secrète de mecs gens qui font et jouent simulations tellement détailles que même y penser me fait peur. Des simulations avec tellement de possibilités qu’il faut faire des études pour y jouer. Des simulations qui tiennent compte de la possibilité que le commandant puisse verser ça tasse de café sur ses cartes.
Mais c’est un demi monde sobre et dangereux et je préfère ne pas trop parler.
When you stare at the mosh pit, the mosh pit stares back at you.

Non, Panzer General et ses jeux posterieurs sont simples et accesibles pour le publique lambda.
Pourtant, ils sont bien ouverts à d’autres types de perversion. Par exemple, t’es autrichien et tu veux faire une campagne glorieuse (et révisionniste) de la première guerre mondiale, pour pouvoir jouer avec l’empire Austro-Hongrois?
Alors vas y mec, le monde à tes pieds!

Ça c’est exactement ce que quelqu’un a fait. Ils ont pris le Panzer General comme base et ils ont fait une campagne de la première guerre mondiale du point de vue allemand et un autre du point de vue austro-hongrois.

Et ouais. Tout ça partie de la série: le fin fond d’internet. xD

Non, plus sérieusement, même si c’est évident que le jeu à été pensé par quelqun avec des idées nationalistes (et avec un anglais parfois approximative), il faut dire que le jeu est génial. J’hallucine avec la quantité de matière grise utilisé. Je dis ça parce que tout le jeu original est pensé pour simuler la deuxième guerre mondiale. Pourtant ils ont réussi à simuler très bien le style de combat de la grande guerre. C’est épatant.

Si vous avez envie d’essayer…
Panzer General Forever

Une chose reste clair: Je dois sortir plus. Le 1er janvier, et en général.
———————————————————————
Par ailleurs, quel est l’histoire de Gran Torino?

Je dois dire que j’ai regardé le film un peu par hasard. J’étais lié à un sofa, mes potes aussi, les autres chaînes ne montraient que des films tellement pour nanas que on aurait devenu homo à les regarder. Et on avait un ordinateur avec accès à internet, mais il n’y avait pas de consensus sur quoi regarder. Alors on a vu Clint Eastwood.

Je trouve que c’est un bon film. La technique cinema est correcte, et il y a plein de détails et parallelismes interessants.
Par exemple
[SPOILERS]
Le fait que le soldat américain qui a tué des adolescents asiatiques meurt, à son tour, par des ados asiatiques. Un détails qui se relie avec tout l’histoire du regret du protagoniste.
[/SPOILERS]

Ça parle de beaucoup de sujets. L’immigration, la violence, etc.etc. C’est vraiment intéressant et je le recommande.

La seule critique que je pourrais faire… non, c’est pas ça. J’ai lis que ce film est pour Clint Eastwood une manière d’avouer que les valeurs ultra conservateurs qu’il a défendu sont plus valables. Par exemple, il condamne la violence comme instrument contre la violence. C’est bien. Il défend le travail dur. C’est bien. Il se moque un peu des interventions américaines dans le sud-ouest asiatique. Cool.
En fait ça serait injuste que je critique tel ou tel prise de position dans le film. Ok, nous avons des avis différents sur certains sujets, mais je trouve que Clint Eastwood a fait tout un pas très courageux en critiquant certaines choses de sont passé. Ça serait incorrecte de ma part d’aller l’attaquer parce qu’il n’est pas devenu un hippie embrasse-arbres comme moi. Non. C’est bien se corriger, et j’admire. Nous les hippies embrasse-arbres devrions aussi faire de l’autocritique.

D’intérêt particulier sont deux messages du film:
– Le travail dur est très bien mais sert à rien sans un appui externe (outils et formation)
– Très souvent on ne choisit pas rentrer dans une gang.

Alors voilà.

Anuncios

Ninguna respuesta to “Le premier janvier et les choses bizarres”

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: