New Russian Chronicles
Surviving monotaxocausofilia

Translation mountains, II

As promised, here is one translation mountain I mentioned.

You see… my mom has always had this romantic image of the roofs of Paris. You can’t blame her. There are many nice views of those old roofs made of zinc.

So… this summer I made a present for her. I found a book of watercolours, with really nice text and descriptions. All of them about the roofs of Paris. I just knew it was the kind of present that would make her cry.

But of course, I HAD to translate it, my mom has never gotten into studying the language of Victor Hugo.

Lemme show you.

:)

🙂

Le bouquin n’était pas si difficile que ça à traduire.

Il y avait des references franco-franchouillards, bien entendu, que j’ai du… disons, diluer, éviter, contourner. Ou bien (la honte du traducteur!!!) mettre des notes au pied de page.

Le grand problème, c’est la page que vous voyez sur la photo.

Une déscription détaillée des coleurs utilisés dans le bouquin!!!

Mon premier pensier, comme traducteur technique: “Bien entendu, il doit éxister une sorte de clasification international des coleurs, de manière à que chaque societé nomme les coleurs comme elle le veut, mais à la fin, le bleu cobalt aurait toujour le code X67”.

Alors je me suis déplacé au magazin de peinture le plus proche. Et la réponse, j’imagine que vous avez déviné, c’était que cette code n’existe pas. Mes espoirs, noyés.

Mais ma formation en tant que traducteur technique insistait.
“Non, mais, en fait, les societés doivent s’avoir mis d’accord, non? Pour donner aux coleurs des noms pareils…”

Bref, la pétite voix dans ma tête insistait sur le fait qu’il devait avoir eu une sorte de normalisation, des normes ISO où AENOR, à cette effet.

Erreur.

J’ai passé des heures à comparer les coleurs avec les catalogues de differentes marques. Même tonalité = diferent nom. Même nom = different tonalité.

Et alors, what’s a man to do???

Bon, j’ai fait recours à une theorie de la traduction que Herr Neunzig*, mon prof de theorie à Barcelone, nous à expliqué une fois.

*Il était plus qu’un génie.

La theorie du “Choix du traducteur”.

C’est à dire, et je cite: “Quand un traducteur ne sait pas quoi faire et les theories classiques (Seleskovitch & friends) n’aident pas… il fait ce qu’il peut, avec ce qu’il a.

Alors, j’ai traduiït les noms des coleurs de manière approximatif. Sépia est toujours sépia. Brun Van Dyck est “Marron Van Dyck” (jái trouvé ça dans les catalogues). Et la reste des coleurs, ou bien j’ai donné le nom du coleur dans les catalogues espagnols qui s’approchait le plus, ou bien je l’ai inventé.

Mon espoir, bien entendu, c’est que mon lecteur (où, devrais je dire, ma lectrice), si elle a bésoin de ces coleurs, elle passe par le magazin avec le livre, et elle point aux coleurs en disant “Je veux ce coleur.”

Comme ça, pas de confusions.

🙂 Et voilà, une histoire de traduction reussite.

Moral: Il faut avoir des fortes principes comme traducteur technique, principes comme le rigueur terminologique, l’exactitude… et quand ces principes sont pas applicables, il faut les suspendre, sans s’en faire plus! xDDDDDDDDDDDDDDDDDDD

Anuncios

2 comentarios to “Translation mountains, II”

  1. Bravo Pablo ! Par contre, je ne suis pas d’accord, les notes de bas de page ne sont pas forcément honteuses, ça peut être utile, voire rajouter des choses (la version française des Terry Pratchett est apparemment géniale, notamment grâce à des notes de bas de page écrites dans le même style déjanté de TP)

  2. MMmmmmh… en fait, tu donnes là un example fort interessant, j’ai moi même constaté que les notes au pie de Terry Pratchett étaient toujours géniales…

    Dans ce cas là, la note n’est pas une excuse, une sortie facile, mais un instrument!

    🙂 Bonne example, merci!


Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s

A %d blogueros les gusta esto: